Home » Église de Rennes le Château

Église de Rennes le Château

SYMBOLOGIE DANS L'ÉGLISE DE RENNES-LE-CHÂTEAU (VIDÉO)

L'EGLISE DE SAINTE MARIE MADELEINE A RENNES-LE-CHÂTEAU

L'EGLISE DE SAINTE MARIE MADELEINE A RENNES-LE-CHÂTEAU - Prieuré de Sion

 

 

Il y a une église en France, qui témoigne directement de la tradition qui voit Sainte Marie-Madeleine comme étant celle qui avait donné la descente à Jésus et était directement liée aux mystères du Saint Graal; cette église, à travers symboles et allégories, indique clairement et incontestablement, une fois examinée, la volonté de ceux qui l'ont restructurée et conservée, de rapporter le "Graal" à Marie Madeleine, en même temps, sera le lieu de découverte de documents historiques importants qui prouveraient le lien entre la Dynastie mérovingienne et la lignée de sang de Jésus; de cette connaissance, seule la tradition orale et quelques éléments d'investigation nous parviennent actuellement, et nous sommes donc encore sur la piste des documents originaux, encore aujourd'hui perdus.

 

Mais voyons comment tout cela ressort de l'analyse de l'église de Santa Maria Maddalena à Rennes le Château.

 

L'église de Sainte Marie Madeleine à Rennes le Château a été consacrée en 1059, d'abord comme la chapelle des Comtes du Razès. Il fut plus tard rénové à l'époque moderne par Bérenger Saunière à partir de 1886, qui comprenait pendant la rénovation tous les éléments symboliques, allégoriques et décoratifs que nous pouvons encore admirer aujourd'hui, qui servent de véhicule aux secrets et aux savoirs cachés, très précis.

 

L'église de Sainte Marie Madeleine, qui se dresse à partir des restes d'un temple celtique dédié à Isis (12), a aussi architecturalement et stylistiquement influencé par les wisigothique (13) et les carolingienne (14), ce qui en fait un joyau architectural de grand rareté, puisque ce qui est maintenant devenu, est le résultat de toutes ces influences qui se sont ajoutées au fil du temps dans une heureuse harmonie.

 

Seule l'église rénovée a coûté l'équivalent de plusieurs dizaines de millions d'euros, entièrement payée par un prêtre d'origine modeste, nommé Bérenger Saunière, arrivé à Rennes le Château sans aucune ressource économique sauf le maigre salaire mensuelle d'un curé de la paroisse à l'époque.

SYMBOLOGIE DANS L'ÉGLISE DE RENNES-LE-CHÂTEAU

SYMBOLOGIE DANS L'ÉGLISE DE RENNES-LE-CHÂTEAU - Prieuré de Sion

En nous emmenant à l'intérieur de l'église, nous pouvons d'abord nous assurer qu'il est équipé de 9 statues principales, plus la représentation de Saint-Luc sur le côté de la chaire.

 

- Le Démon Asmodee portant la police d'eau bénite et les quatre anges placés au-dessus.

 

- Saint Germaine

 

- Saint Roc

 

- Saint Antoine l'Ermite

 

- Sant 'Antoine de Padova

 

- Saint Luc (montré sur le côté de la chaire)

 

- Saint Jean-Baptiste

 

- Sainte Marie Madeleine

 

- Sainte Marie mère de Jésus

 

- Saint Joseph

POSITIONNEMENT DES STATUES

Comme on peut le voir à partir du schéma de superposition, en isolant les initiales des statues autour de Marie-Madeleine, le mot «Graal» apparaît et le «M», initiale de Marie, est formé.

 

Il est clair, la preuve absolue de l'intention certaine et consciente de Saunière, de communiquer sans équivoque à quiconque était capable de résoudre ce code allégorique, que le Graal existait et était directement relié à Sainte Marie-Madeleine.

POSITIONNEMENT DES STATUES - Prieuré de Sion

LES MANUSCRITS

Tout ce qui est connu aujourd'hui sur l'autel qui était présent en 1885 (date à laquelle Saunière avait l'administration de l'église) est que "l'autel principal était composé d'une grande dalle, fixée d'un côté dans le mur et soutenue à l'avant de deux piliers, l'un rugueux, qui aujourd'hui n'est plus présent et l'autre sculpté d'une croix incrustée de pierres précieuses et les deux lettres grecques, A et Ω.

 

C'est l'initiative de Bérenger Saunière, de remplacer ce vieil autel par un plus récent, pour faire découvrir les célèbres parchemins.

 

Saunière a finalement déplacé le pilier de l'intérieur de l'église au jardin, où il a placé la statue de la Vierge Marie dessus et a ajouté une gravure:

 

 

                                                                    MISSION 1891

 

 

Le pilier a été positionné inversé, puis retourné, afin de symboliser le «double», «négatif» ou «féminin» correspondant de l'église, qui a été placé dans le jardin; c'est-à-dire que le jardin extérieur, comme nous le verrons plus loin, a été conçu pour être la réplique exacte du plan de l'église et de nombreux aménagements extérieurs ont été renversés pour affirmer symboliquement cette réalisation.

CHEMIN DE CROIX DE L'ÉGLISE DE RENNES-LE-CHÂTEAU

Le chemin de Croix de l'église de Sainte Marie Madeleine qui est pas lu de gauche à droite comme dans la plupart des autres églises, mais dans un sens anti-horaire, puis de droite à gauche, il frappe, capturant l'attention du public, en particulier parce que dans le dernier station, le quatorzième, Jésus prendrait à sa tombe la nuit avec la pleine lune, et dans la version biblique également admise par les autorités académiques, l'enterrement de Jésus a lieu dans l'après-midi et pas la nuit; de cette façon, la question se pose inévitablement de savoir pourquoi l'enterrement aurait lieu la nuit, avec le doute implicite que ce n'était pas l'enterrement, mais le déplacement du corps du Christ de la tombe.

 

Il est évident que nous ne pouvons pas nous retrouver face à une erreur, mais plutôt avec un message de Saunière, qui a délibérément essayé de transmettre un secret, de le dissimuler et de l'exposer en même temps, de cette manière.

 

Compte tenu de la compétence incontestable du prêtre en matière d'histoire religieuse, une telle erreur est absolument impensable, au contraire, elle ne peut qu'ouvrir les yeux sur une intention précise et cohérente.

 

Un autre détail important est que la chaîne de montagnes à l'horizon ressemble beaucoup à la Bugarach, une montagne que l'on peut voir très bien depuis Rennes-Le-Château.

CHEMIN DE CROIX DE L'ÉGLISE DE RENNES-LE-CHÂTEAU - Prieuré de Sion

LE 17 JANVIER ET LES "POMMES BLEUES"

LE 17 JANVIER ET LES "POMMES BLEUES" - Prieuré de Sion

 Le 17 janvier de chaque année, près de la statue de Saint Antoine l'Ermite, à partir de 11 heures du matin, une composition suggestive et éthérée, toujours invisible, apparaît projetée sur le mur, tous les deux jours de l'année; ce sont les fameuses "pommes bleues" de l'église de Rennes le Château.

 

Le phénomène est le résultat d'une création formidable de Bérenger Saunière, qui utilise une combinaison complexe de profondes connaissances géométriques et astronomiques et atteint son apogée vers 13h00 le 17 Janvier de chaque année, et depuis lors, pendant quelques jours, ce phénomène se répète.

 

L'intention du prêtre était de célébrer et de souligner, avec le voile allégorique habituel, une série de récurrences, qu'il considérait comme importantes; parmi eux, la date de la mort de Marie de Negri d'Ables d'Hautpoul, marquis de Blanchefort-Hautpoul, dernier noble dont l'inhumation est dans l'église et, en outre, la date de la mort de Saint Antoine l'ermite et de Sainte Germaine de Pibrac, tous deux représentés dans l'église même, comme déjà mentionné; cette date particulière a aussi de nombreuses significations pour le Prieuré de Sion, pour les raisons énumérées ci-dessus, et pour être défini comme la date du succès de la "Grande Oeuvre" (18) par le passé Grand Maître de l'Ordre, Nicolas Flamel, comme c'était le 17 Janvier, on dit que lui et sa femme ont obtenu la pierre philosophale; Le 17 Janvier est également la date de la mort de Bérenger Saunière, ou le 17 Janvier 1917, décès déclaré par Marie Denarnaud seulement quelques jours plus tard (22 Janvier).

LE PILIER ET LES PARCHEMINS

C'était Antoine Bigou, aumônier de la famille noble de Blanchefort, qui les avait forgés, ayant eu les fameux parchemins, ainsi que les documents de la Marquise.

 

La Marquise de Blanchefort, Marie de Négri d'Ables, épouse de François d'Hautpoul, en 1732, fut dépositaire d'un important secret de famille, peut-être historique, et reçut en garde quelques documents, centraux par rapport à ce secret; ces documents, ainsi que la volonté, furent remis à un notaire par François-Pierre d'Hautpoul en 1644, et il semble qu'après sa mort ces documents passèrent du notaire au notaire jusqu'au Marquise de Blanchefort. Le mari de la Marquise aurait essayé à plusieurs reprises de les récupérer ou de connaître leur contenu, mais sans succès; en effet, la Marquise réussit à exclure son mari du secret.

 

C'est à ce moment même que la marquise prépare sa volonté en remettant ces documents à Antoine Bigou.

 

Marie de Négri d'Ables est décédée le 17 janvier 1781, et à partir de ce moment, Antoine Bigou a maintenu son engagement dans le plus grand scrupule, compétence et diligence.

 

L'abbé Bigou a ainsi forgé la stèle (à gauche) et la pierre tombale (à droite) pour le Marquise de Blanchefort, en même temps qu'elle avait produit les fameux parchemins contenant les précieux secrets que le Marquise lui avait confiés sur son lit de mort.

 

L'un des clés d'interprétation les plus importantes en observant la Stèle tombaire, qui, selon la reproduction aujourd'hui reçue, a montré des erreurs d'écriture apparemment délibérée, car l'ensemble entraîne une consistance sûre; les erreurs trouvées à travers certaines lettres qui sont évidemment plus petites, à savoir: e, E, E, P, et une lettre "M" qui est isolée de toutes les autres; date du décès montre plutôt une anormal « O », qui, avec des chiffres romains, de toute évidence, ne correspond pas, le « R » à "ARLES", au lieu de la B de "ABLES" est une autre erreur si grave à paraître à la raison malicieux, comme la Marquise était précisément une "Ables" tandis que sur la première ligne le "T" remplace la plus approprié  "I". Bien rangé de manière appropriée, les huit lettres extrapolées forment les deux mots « mort » et « epee » qui signifie « épée de la mort », « la mort et l'épée » ou « mort par épée » similitude flagrante avec l'histoire de la mort de Saint-Dagobert II, qui a été assassiné juste par épée, lors d'une attaque dans un bois près de Stenay.

 

La composition des lettres « de MORTEPEE », utilisé par le système Vigenère (19), comme le décodage clé à appliquer au « Grand Parchemin », donnera accès à une phrase formée de 128 lettres, qui nous examinerons prochainement dans cette étude, à son tour, il donnera accès à des indications qui se réfèrent à des indications précises qui se réfèrent à des œuvres d'art particulières.

 

L'inscription sur la stèle se compose de 119 caractères, et si plein de ses erreurs, ainsi que la phrase précitée de 128 caractères, obtenu à partir du « Grand Parchemin », il fait partie d'un autre code parfait de 247 lettres, que vous pouvez déchiffrer écrit sur deux morceaux de papier, ou sur la même feuille, mais séparément, les deux textes à ce point sera suffisant pour effacer toutes les lettres correspondant entre les deux textes et le résultat généré par les lettres avancées du texte étendu sera exactement la composition "PSPRAECUM", ce qui correspond à une inscription que l'on retrouve sur la planche.

 

En plus de cela, sans possibilité d'approximation, nous pouvons trouver la présence d'éléments géométriques cachés d'une précision considérable sur la stèle, qui peuvent être obtenus en reliant les simples "mauvaises" lettres à la Croix de Jésus avec une ligne, résultant en un triangle isocèle et un pentacle parfait, dont les proportions respectent le nombre d'or (section dorée) sans défaillance (20), nous donnant aussi une preuve mathématique et géométrique de la volonté et des compétences de l'auteur.

 

Il faut souligner qu'une piste d'enquête contemple l'hypothèse que la stèle originale était dépourvue des anomalies linguistiques qui composent le code examiné et que celle qui est arrivée à notre analyse a été forgée par Bérenger Saunière (au lieu de Bigou) , qui comprendrait alors les éléments codifiés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En même temps, sur la plaque tombale de la Marquise il y a une combinaison de lettres grecques, qui, transposés en latin, nous donner des résultats dans une combinaison très décisive, comme etonante, ou la célèbre devise que nous trouvons dans le « Bergers d'Arcadie » de Nicolas Poussin, que nous traiterons plus tard.

 

Revenant sur les parchemins de Bigou, ils furent cachés dans l'église de Rennes le Château avec d'autres documents, où ils restèrent jusqu'à leur découverte par Bérenger Saunière.

 

Ce secret serait à l'origine de l'affaire de Rennes-Le-Château.

 

L'abbé Bigou ensuite transmis le secret à un autre prêtre, l'abbé Cauneille et celui-ci communique avec deux autres prêtres, le Père Emile François Cayron, et le curé de Rennes-les-Bains, Jean Vie, qui était le prédécesseur de Boudet; il est essentiel de savoir que Emile François Cayron était le mentor du jeune Henri Boudet qui devint le curé de Rennes-les-Bains et cette étape est essentielle, car elle met en évidence le lien entre Antoine Bigou et Henri Boudet, auteur de « La Vraie langue celtique et le Cromleck de Rennes-les-Bains ", une œuvre littéraire réputée pour être en fait un code qui pourrait conduire directement à la véritable tombe de Jésus en Languedoc.

LE PILIER ET LES PARCHEMINS - Prieuré de Sion

LES BERGERS D'ARCADIE DE NICOLAS POUSSIN – "ET IN ARCADIA EGO"

"Et in Arcadia ego" est l'inscription que nous trouvons sous la forme d'un code sur la pierre tombale de la Marquise de Blanchefort, Marie de Negri D'Ables, et c'est aussi l'inscription célèbre dans le monde entier pour être utilisé dans quelques tableaux importants et des sculptures du XVIIe siècle, comme aussi par Nicolas Poussin, précisément comme une inscription de tombeau sur le tableau "Les Bergers d'Arcadie" (1638-1640), qui est notamment le travail que nous allons discuter à cette occasion.

 

L'expression "Et in Arcadia Ego", peut littéralement se traduire par "Aussi dans Arcadie je suis", où Et signifie etiam = "aussi" et implique "sum" = Je suis présent ou "eram" = "j'étais".

 

L'inscription elle-même, se prête à différentes interprétations ainsi que la possibilité de générer des anagrammes cohérente incroyable, parmi lesquels

 

 

ET IN ARCADIA EGO = I TEGO ARCANA DEI

 

(Je protège / cache les secrets de Dieu)

 

ET IN ARCADIA EGO SUM = TANGO ARCAM DE IESU

 

(Je touche la tombe de Dieu Jésus)

 

 

Analysant l'image, il y a donc des références géographiques extrêmement précises qui, en raison de leur vérifiabilité sans équivoque, démontrent une pertinence indiscutable; le profil des montagnes peintes en arrière-plan, représente sans aucun doute des sommets montagneux bien connus dans le Razès et tout près de Rennes le Château, soit le Mont Cardou, le Bugarach, le Mont Blanchefort et la colline de Rennes le Château, qui c'est le même paysage que l'on trouve en observant un tombeau (d'une certaine perspective) qui était situé juste dans cette zone et dont nous allons exposer l'histoire, qui s'appelait le «Tombeau des Pontils».

Le soi-disant "Tombeau des Pontils", qu'il était possible d'admirer jusqu'à il y a quelques années, avant d'être démoli par le propriétaire du terrain, c'était un sépulcre identique à celui peint dans l'œuvre précitée de Poussin; Ce tombeau était bien connu dans le Languedoc et plus tard aussi internationalement comme "Tombeau des Pontils", prenant son nom de la région dans laquelle il était situé, "Les Pontils".

 

Le « Tombeau des Pontils » est cependant pas avant le travail de Poussin, mais a été construite selon les normes de la structure parallélépipède, qui imite, par les sections géométriques de la tombe, la peinture de Nicolas Poussin.

 

La tombe a été construite seulement en 1930, sur les fondations de une tombe préexistante de 1903; ce passage est important, car la tombe se trouve à un carrefour de coïncidences géographiques et géométriques étonnamment cohérentes.

 

Cette tombe si grossièrement ressemblant à la tombe décrite dans le célèbre tableau de Nicolas Poussin, vient d'être connu par leur public par Gérard de Sède, qui a écrit à ce sujet dans son « La Race Fabuleuse – Extra-Terrestres Et mythologie mérovingienne ».

 

Le « Tombeau des Pontils » est aligné exactement (avec une perte très raisonnable, considéré comme l'époque, à 200 mètres) au-dessous du méridien de Paris, qui traverse le Pôle Nord et du Sud, en fait, en passant par le centre de l'Observatoire de Paris, situé à 2 ° 20 '13.82 "à l'est de Greenwich.

 

Ce particulier, aux yeux de beaucoup, est considéré comme une « signature » explicite d'un caractère sélectif, d'une personne en possession d'un certain type de connaissances avancées qui n'appartient qu'aux groupes très étroits, surtout à l'époque, qui a voulait révéler "en secret" l'importance de cet endroit seulement aux destinataires qui avaient la même connaissance avancée et exclusive de l' "expéditeur".

 

Le mystère apparemment contradictoire, réside dans le fait que Nicolas Poussin, il n'a jamais mis les pieds dans le Razès tout au long de sa vie, qui, malgré avoir d'abord déplacé beaucoup; mais, plus tard, il a été trouvé une bonne raison, considéré qu'un ami proche, Ambroise Frédeau, un célèbre peintre local, qui a travaillé près de Toulouse, assistait à deux atelier entre Limoux et Alet et dans ce ateliers, était très souvent dépeignent la région du Razès, pour cette raison, il est possible qu'Ambroise Frédeau, si nécessaire, ait pu aider son ami Poussin, quand il a voulu représenter ce fond pour quelque raison.

 

Considérant l'influence des prêtres de l'époque, donc aussi de Henri Boudet, auteur de "La Vrai Langue Celtique", et de la taille de la région et de la population, il est très raisonnable de supposer que le prélat, à l'époque encore vivant, il était facilement conscient de qui était les propriétaires du terrain proche au "Pontils" : la famille Galibert, et les a convaincus d'ériger la soi-disant «Tombeau des Pontils» dans cette position exacte, qui serait matériellement réalisé par le biais du le maçon Bourrel, de Rennes les Bains; on ne peut oublier le fait que cela s'est passé en 1903, exactement la période pendant laquelle Bérenger Saunière a installé l'église de Sainte Marie Madeleine et ses environs, avec les symboles et les allégories dont nous traitons.

LES BERGERS D'ARCADIE DE NICOLAS POUSSIN – "ET IN ARCADIA EGO" - Prieuré de Sion

LE MYSTÈRE DES PARCHEMINS

LE MYSTÈRE DES PARCHEMINS - Prieuré de Sion

Des copies de charbon de toutes les pièces documentaires, y compris les fameux parchemins, ont été effectués par Bérenger Saunière et a hérité plus tard par son perpétuel dévoué, Marie Denarnaud, son légataire universel, qui a, entre autres, a tenté de retracer, en 1938 , le grand-père de Pierre Plantard de Saint-Clair, au moment déjà décédé, et a été à cette occasion, qui a eu lieu le premier contact, avec le jeune Pierre, encore dix-huit ans. Ce fut au cours d'une de ces réunions, en cette même année que Pierre Plantard a été donné par Marie Denarnaud, des copies de ces mêmes copies de carbone d'origine, et à partir de ce moment il se sentait investi d'une grande responsabilité .

 

Les copies en question, reçues des jeunes Plantard, sont celles relatives aux deux parchemins que l'Abbé Bigou a forgé, plus quelques transcriptions des documents auxquels le prêtre avait accès par la marquise de Hautpoul-Blanchefort, Marie de Negri d'Ables.

"PIERRE ET PAPIER"

Philippe de Cherisey a rédigé un document de 44 pages intitulé "Pierre et Papier", qui fournit des éléments de décodage partiel, s'attribuant la paternité des parchemins, que nous pouvons dire aujourd'hui non véridiques, mais fait à l'époque pour des raisons maintenant arrêtées être important.

 

C'est la seule cause pour laquelle beaucoup de gens pensent aujourd'hui à tort que ces parchemins étaient en réalité de purs faux créés par le Marquis De Cherisey.

 

Aujourd'hui on peut donc dire que les éléments rapportés sur "Pierre et Papier" sont loin d'être la clé complète du décodage.

 

Une évaluation par un bon cryptologue suffit à prouver que le code est exponentiellement plus sophistiqué que ne l'a montré Philippe de Cherisey, montrant que les éléments illustrés par le Marquis ne sont qu'une partie très limitée du codage qui était à la base des parchemins.

 

En tout cas, parmi les éléments les plus significatifs, jusqu'à présent déchiffrés, se trouve le message codé du soi-disant «Petit Parchemin», qui relie le Roi Dagobert II, devenu plus tard Saint, à l'Ordre de Sion.

 

 

                           "A DAGOBERT II ROI ET A SION EST CE TRESOR ET IL EST LA MORT"

 

 

Littéralement traduisible en

 

"Pour Dagobert II Roi et à Sion, est ce trésor, et il est est là mort"

 

Phrase qui peut être interprétée aussi comme

 

"Ce trésor appartient au roi Dagobert II et à Sion, et c'est (le trésor) est là, mort"

 

Cette interprétation embrasse donc l'hypothèse que le trésor en question, qui est connecté au Roi et à Sion, est en réalité un sépulcre qui a un sens et une valeur sacrés, tout comme il pourrait être la tombe de Jésus-Christ ou l'un de ses descendants de importance particulièrement crucial dans l'histoire de la descendance, peut-être juste Sigebert IV.

Ou l'autre message significatif de 128 caractères, dont nous avons parlé plus haut, qui peut être dérivé du soi-disant "grand parchemin", à travers le système de chiffrement de Vigenère, en utilisant comme clé de décodage l'ensemble des lettres dérivées du soi-disant "Stele de Blanchefort", qui correspond à "MORTEPEE".

 

Dans ce cas, la déclaration suivante sera obtenue:

 

 

 

"BERGÈRE, PAS DE TENTATION, QUE POUSSIN TENIERS GARDENT LA CLEF, PAX DCLXXXI, PAR LA CROIX ET CE CHEVAL DE DIEU, J'ACHÈVE CE DAÉMON DE GARDIEN À MIDI POMMES BLEUES"

 

Ce message a ensuite été également représenté sous forme cachée, par Bérenger Saunière, dans l'église de Rennes-le-Château, lors de la restructuration de 1886, par le positionnement de la fenêtre que le 17 Janvier de chaque année, projetant le bien connu " Pommes bleues " et l'installation du démon Asmodée comme" gardien "; Ce message codé, se référant à la célèbre peinture, « Bergers d'Arcadie », par Nicolas Poussin et probablement, selon plusieurs indices dans la représentation du paysage et le fait qui ne représentait pas la « Tentation de saint Antoine » ( « PAS DE TENTATION "), à une ou plusieurs versions du tableau" Saint Antoine et Saint Paul "de David Téniers. Selon le message en question, obtenu à partir de la soi-disant « Grand Parchemin », caché dans ces œuvres il y aurait une clé si décisive pour comprendre un secret très important, qui, suite à la cohérence de l'image dans l'ensemble, il semble être indiquer précisément qui endroit où serait situé le sépulcre de Jésus-Christ.

 

Nous ne pouvons pas ignorer le fait que le démon Asmodée est représenté, comme déjà mentionné, avec des yeux qui regardent sur le sol, comme pour indiquer, dans ce cas, la présence de quelque chose d'extrêmement important sous le plancher; aucune personne privée, association ou organisme n'a jamais obtenu l'autorisation de fouiller sous l'église, même si, selon les mesures structurales faites par l'architecte belge Paul Saussez, nous croyons qu'il est hautement probable, pour ne pas dire certain, l'existence d'un crypte sous le plancher, et, pour confirmer cette hypothèse, le fait que l'église a été encore élue au tombeau des nobles de la place, éventualité soutenue par nombreux chroniques et documents de la paroisse.

"PIERRE ET PAPIER" - Prieuré de Sion

LE JARDIN EXTÉRIEUR ET L'ÉGLISE EXTÉRIEURE

En janvier 1891, Bérenger Saunière obtint l'autorisation municipale de la direction de Rennes le Château et commença à travailler à la construction du jardin devant son église, toujours à ses frais.

 

Le 21 Juin de cette année, il a été inauguré sur le jardin et une statue de la Vierge Marie est placée sur le pilier carolingien de l'ancien autel installé à l'envers, une erreur qui, tout comme les analogues précédents semble parfaitement volontaire, comme pour souligner une consistance particulière.

 

Pour mieux définir le but du jardin extérieur, nous avons la position du calvaire (25), qui en ligne d'air et de position sert exactement comme un autre "double miroir" de l'autel placé à l'intérieur de l'église.

 

Le positionnement et l'inversion du pilier carolingien sont un élément fondamental, notamment lié aux nombreuses autres inversions observées dans et autour de l'église.

 

Un exemple qui montre l'intention de mettre l'accent sur cette symétrie voulue est celle du prêtre quand, après avoir trouvé la « Dalle des Chevaliers » (26) avec le visage vers le sol, devant l'autel, il retire de la paroisse, de placer tous les dehors, avec le visage cette fois placé vers le haut, exactement au pied du Calvaire, qui représente le "double miroir" de l'autel principal à l'intérieur de l'église.

 

Il suffit de dessiner un plan de l'église et du jardin pour se rendre compte que la forme du plan de l'église n'est rien d'autre que le «double miroir» du jardin et vice versa.

 

De cette façon, l'allée centrale de l'église devient le chemin qui mène au Calvaire, le confessionnal prend la place du pilier inversé, l'autel principal prend la place du Calvaire.

 

Ainsi, nous découvrons que le périmètre exact de l'église de Sainte Marie Madeleine se reflète dans son jardin.

LE JARDIN EXTÉRIEUR ET L'ÉGLISE EXTÉRIEURE - Prieuré de Sion